Fin de semaine à New-York

Terminus de Berri

Virginie, Isabelle, Stéphane (celui qui a tout organisé) et Nancy jouaient une petite partie de cartes en attendant l'autobus.

Nous nous étions retrouvés à la maison de mes parents pour le départ, vers 21h. Nous sommes plutôt prudents concernant les heures de départ: nous sommes arrivés au terminus un peu plus d'une heure à l'avance. Au moins, nous avions le choix des bancs, ce n'est pas comme à notre retour...

Le voyage en bus (7 heures), bien que frisquet à cause de l'air climatisé, fut bien agréable. Heureusement, j'avais prévu une couverture, me disant que je pourrais m'installer à mon aise dans l'autobus. Virginie en a profité aussi et les autres étaient tous jaloux. Nous nous sommes endormis très rapidement, réveillés plusieurs fois en route, dont une fois aux douanes.

Je déteste passer les douanes. De un, je dois parler anglais, de deux, j'ai l'impression d'avoir quelque chose de louche!

Je me suis réveillé une seconde fois, en plein milieu de la nuit. L'autobus était tranquille et semblait rouler au milieu d'une forêt et des montagnes. J'aurais aimé profiter du paysage en plein jour. C'était la première fois que je descendais plus au sud que les Adirondacks, sauf une fois en avion pour aller en Floride.

Time Square

Nous nous sommes arrêtés à une halte routière, le Buck Rogers. Je le note, parce que ça me rappelle des souvenirs paisibles. La nuit est calme et douce. Elle me rappelle la nuit aux Adirondacks. Le soleil est proche, la nuit n'est pas tout à fait noire. Dans l'autobus, le matin arrive pendant que nous dormons encore.

Enfin, le vrai réveil. Peu à peu les passagers regardent le New Jersey par les fenêtres. Je cherche New York au loin. Quelques édifices... Puis, à un détour, voilà la ville, qui disparaît aussitôt quand nous entrons dans le tunnel reliant les deux villes. Nous en ressortons et je me sens déjà perdu dans Manhattan. Le terminus. Puis, la surface. Nous marchons un peu et nous y voilà: Time Square. Dimanche matin. 7h. Personne.

Empire State BuildingNous avons déjeuné là, sur le trottoir sale de Broadway. Un bagel chacun, que nous avions emportés pour ne pas trop dépenser. Et soudain, la pluie. Rien d'inquiétant toutefois, heureusement. Le soleil est revenu bien assez vite pour nous faire suer pas mal... Nous attendons la fin de l'averse et nous mettons en route vers la statue de la Liberté. En chemin, nous avions prévu arrêter un peu à quelques attractions importantes: le Flatiron Building (il me semble que c'est plus impressionnant dans les films), l'Empire State Building au loin, les ponts de Brooklyn et de Manhattan. Nous avons également bifurqué vers Chinatown et Little Italy. Pour le moment, je suis déçu. Sauf un petit événement amusant au McDo...


Flatiron Building Brooklyn Bridge
Brooklyn et Manhattan Bridges

Moi devant la statueMême la statue est décevante! D'abord, nous arrivons à Battery Park. Pas pire comme parc. Nous achetons nos billets pour le traversier, puis c'est au tour d'une fouille. Dois-je enlever ma ceinture aussi? Oui. Eh ben! Je n'ai pas eu trop le mal de mer sur le bateau, heureusement parce que cela n'en valait pas la peine. La statue est toute petite! Elle a l'air pourtant bien plus grande... dans les films. Sacrés films! Ils m'ont donné une belle image de New York. Quand on y est, ce n'est vraiment pas pareil. Nous avons fait le tour et dîné là. Virginie s'est endormi après le repas. Je pense que c'est elle qui a le moins bien dormi dans l'autobus.

Manhattan

Je peux presque dire que la journée s'arrête là tellement le reste fut pénible. Virginie et moi ne sommes pas habitués à la marche de magasinage. Alors, nous avons eu mal aux pieds. Les autres avaient aussi mal aux pieds. Finalement, c'est bon pour personne de magasiner trop longtemps, car je l'avoue, nous avons TROP marché! Nous aurions dû prendre le métro à la première occasion. A-t-on idée de marcher aller-retour Time Square à Battery Park? Un mot sur Ground Zero: c'est juste un gros chantier.

Sur Liberty Island

Vous pensez que j'ai pas aimé New York, hein? Ce n'est pas fini...
Une petite place publique